Voltaire: Mahomet ou le Fanatisme.

Voltaire: Mahomet ou le Fanatisme.

Mahomet ou le Fanatisme, tragédie de Voltaire, jouée à Lille (1741), puis à la Comédie-Française (1742), interdite après la troisième représentation, et reprise avec un grand succès neuf ans plus tard. — C’est la première pièce de combat de Voltaire, qui s’y attaque au fanatisme et à la superstition. II avait eu l’habileté de la dédier au pape Benoît XIV lui-même, qui lui envoya sa bénédiction. L’action de la pièce est pleine de pathétique, voire d’horreur, et le style est semé de tirades sonores et de maximes philosophiques à la mode du temps, Voltaire représente Mahomet comme un simple thaumaturge. Malgré tout, « ce prophète, conscient de soi, audacieux jusqu’au crime, ambitieux dominateur des âmes.., ne séduit jamais, mais intéresse toujours « . Aujourd’hui, cette tragédie est bien oubliée : elle survit pourtant par un nom, celui de Séide, l’esclave dévoué de Mahomet, devenu le symbole de l’aveuglement fanatique
(texte de l’Institut National de la Langue Française (INaLF).
Texte complet: http://www.coranix.org/113/mahomet_voltaire.htm

Plus près de nous, cette pièce a été interdite de jouer à Genève en 1993. On dit que c’est sur intervention de Tariq Ramadan auprès des Autorités locales mais, bien entendu, ce dernier s’en défend.
Ensuite, c’est une tentative en 2005 d’empêcher la pièce d’être présentée à Saint-Genis-Pouilly (dept de l’Ain).

Quelques citations de Voltaire:
– Je vous avoue que je serais curieux de savoir les motifs de sa conversion à la foi musulmane. Apparemment qu’un brave guerrier comme lui a été plus touché des conquêtes de Mahomet que de l’humilité de Jésus-Christ. Il y a je ne sais quoi dans ce Mahomet qui impose.

– Il est à croire que Mahomet, comme tous les enthousiastes, violemment frappé de ses idées, les débita d’abord de bonne foi, les fortifia par des rêveries, se trompa lui-même en trompant les autres, et appuya enfin, par des FOURBERIES nécessaires, une doctrine qu’il croyait bonne (Essai sur les Mœurs).

– Ce fut certainement un très grand homme, et qui forma de grands hommes. Il fallait qu’il fût martyr ou conquérant, il n’y avait pas de milieu. Il vainquit toujours, et toutes ses victoires furent remportées par le petit nombre sur le grand. Conquérant, législateur, monarque et pontife, il joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes; mais LES SAGES LUI PRÉFÉRERONT TOUJOURS CONFUCIUS, précisément parce qu’il ne fut rien de tout cela, et qu’il SE CONTENTA D’ENSEIGNER LA MORALE la plus pure à une nation plus ancienne, plus nombreuse, et PLUS POLICÉE QUE LA NATION ARABE (Remarques pour servir de Supplément à l’Essai sur les Mœurs).

– De tous les législateurs qui ont fondé des religions, il est le seul qui ait étendu la sienne par les conquêtes. D’autres peuples ont porté leur culte avec le fer et le feu chez les nations étrangères, mais nul fondateur de SECTE n’avait été conquérant. Ce privilège unique est aux yeux des musulmans l’argument le plus fort que la Divinité prit soin elle-même de seconder leur prophète (Essai sur les Mœurs).

– Mahomet le FANATIQUE, le CRUEL, le FOURBE, et, À LA HONTE DES HOMMES, le grand, qui de garçon marchand devient prophète, législateur et monarque (Recueil des Lettres de Voltaire).

Publicités
Image | Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s