D’un salon de coiffure à une position de sniper

Elle est passée de son salon de coiffure à une position de sniper

Ce qu’elle ne sait peut-être pas, c’est que le salon de coiffure, c’est fini pour elle. Au mieux, elle aura comme avenir un mari qui se teint la barbe au henné, 3 co-épouses et une tripotée de marmaille à torcher. Les soins de beauté, terminé ! Eventuellement pour cacher les coquards que son mari lui aura fait, mais même ça, elle n’en aura pas besoin, vu qu’elle sera enburkanée ou ennikabée et qu’elle n’aura pas le loisir de mettre le nez dehors sans son marham. Une chose est sûre: la reculade de 14 siècles dun coup. Bel avenir pour cet autre « printemps » …

Coran, 8.17:  » And you shot not when you shot, but it was Allah who shot. »
                        » Et ce
n’est pas vous qui les avez tués, mais c’est Allah qui les a tués. « 

– Le journaliste : Ces ruelles constituent la ligne de front dans la guerre entre les rebelles et les soldats du régime à Alep. Ici, c’est les tireurs isolés qui ont le mot de la fin. Chaque côté empêche l’autre d’avancer en déployant des tireurs isolés sur les toits des immeubles.

Voici un des tireurs isolés dans les rangs des rebelles. Les tireurs isolés du régime opèrent dans les bâtiments avoisinants. Ce sniper n’est pas un sniper régulier.

– Noor (a.k.a. Umm Ja’far) : [elle cite un verset du coran: le 8.17] « et ce n’est pas vous qui avez tiré, mais c’est Allah qui a tiré. » Allah Akbar. (Elle appuie sur la gâchette).

– Le journaliste : Elle s’appelle Noor, mais elle préfère le nom de Umm Ja’far. [Comment passer] de propriétaire d’un salon de beauté à tireur isolé rebelle, sur la ligne de front.

– Noor (a.k.a. Umm Ja’far) : le changement est énorme. Imaginez-vous aller d’une atmosphère agréable romantique aux circonstances actuelles. C’est Bachar qui nous a forcé à ce changement. Nous ne l’avons pas demandé.

– Le journaliste : il n’était pas facile d’aarriver à cette conviction. Umm Ja’far admet qu’elle s’est d’abord opposée à la révolution et avait soutenu le Président Bachar et sa politique.

– Noor (a.k.a. Umm Ja’far) : Nous nous étions trompés, nous ne pouvions pas voir ce qui se passait. Mais ensuite, nous avons commencé à voir la réalité. Nous avons vu tout ce sang, les massacres, le meurtre d’enfants, les femmes dont [les corps] ont été sorti de la rivière. Tous ces massacres et cette injustice, ce n’est pas suffisant ?

http://www.memritv.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/3787.htm

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s