Mélange des eaux

En dehors de la TAQIYA, les musulmans sont des habitués de la déformation, du mensonge , de la falsification, ainsi que de l’APPROPRIATION DES CONNAISSANCES D’AUTRUI. Car encore une fois, la vérité est ailleurs que dans leur dogme. La volonté de tromperie est manifeste concernant la conversion de Cousteau à l’islam, et pour ce qui est de cette fameuse « barrière » séparant les eaux, les musulmans n’ont fait que s’approprier une légende BABYLONIENNE. Ne pas oublier que dans sa jeunesse, le GOUROU avait l’habitude d’accompagner son oncle marchand sur les routes des caravanes et que les Arabes étaient ainsi au contact des autres peuples de la région et donc de leurs cultures.

Quand le coran dit:
– (25.53): « Et c’est lui (Allah) qui donne libre cours aux deux mers : l’une douce, rafraîchissante, l’autre salée, amère. Et il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable »,
Les musulmans sont tout heureux de le traduire ainsi par: « vous voyez bien qu’elle existe, cette « barrière séparant deux mers, l’une d’eau douce, l’autre d’eau salée. Et vous voyez bien, cette preuve évidente d’un verset descendu par Gabriel ! »
En effet, la barrière existe. Du moins, la légende. Très connue à l’époque, elle était à l’embouchre du Tigre et de l’Euphrate.

Mais ce qu’il faut savoir, c’est que ce verset est bien évidemment comme tout le reste: une fabrication de Mahomet, et l’Archange Djibril n’y est absolument pour rien, il n’a rien ramené de chez Alllah.

Car ce verset n’est que la copie conforme d’une légende babylonienne bien connue dans toute la région: « A l’origine il n’y avait que Nammou, la mer primitive, l’océan cosmique. Elle engendra An et Ki, le ciel et la terre […]. Enki, enfin, parce qu’il est le dieu des eaux douces qui, en tant qu’elles s’opposent aux eaux salées de Nammou la mer primordiale, doivent être situées du côté du ciel, comme eaux de pluie »  http://www.tribunes.com/tribune/sel/ivan.htm.

Le phénomène est donc tout ce qu’il y a de plus naturel (à titre d’exemple, les eaux de l’Amazone ne se mélangent à l’eau salée de l’Ocean qu’à plusieurs dizaines de km des côtes) et  le GOUROU n’a fait que relater à sa manièree ce fait qui lui a été rapporté durant sa jeunesse, cette légende acadienne transmise par les Babyloniens.

Deux liens pour comprendre ce phénomène naturel:

http://www.coranix.org/biblio/cousteau.htm

http://www.tribunes.com/tribune/sel/ivan.htm

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s