L’islam interdit le chant et la musique

 

Paroles du grand uléma Tirmidhi: Tout ce par quoi le musulman se divertit est « bâtil » sauf le fait qu’il tire à l’arc, le fait qu’il éduque son cheval, et le fait qu’il joue avec sa famille, car cela relève de la vérité (« al-haqq »).
_____________________________________________

Le prophète a dit: apparaîtront des gens de ma communauté qui boiront l’alcool en lui donnant un autre nom. On jouera pour eux des instruments de musique et des chanteuses chanteront pour eux. Dieu les engloutira alors dans la Terre et il fera d’eux des singes et des porcs.
______________________________________________

Coran 31.6: Et, parmi les hommes, Et, parmi les hommes, il est [quelqu’un] qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d’Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant.

Selon les ulémas le chant fait partie des plaisants discours mentionnés dans le verset. Pour eux, aucun doute: le chant est haram.
______________________________________________

Ibn Qayyim rapporte que, selon Ibn Abbas et Ibn Masoud, Abu As Sahba a dit : j’ai demandé à Ibn Masoud la signification du verset « Et, parmi les hommes, il est (quelqu’un) qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d’ Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissant »(coran, 31 :6), il m’a répondu en le répétant trois fois: je jure sur Allah, l’unique divinité que ce mot signifie chanson.
______________________________________________

Abi Amama rapporte que le Prophète a dit: ne vendez pas les esclaves chanteuses, ne les achetez pas et ne cherchez pas à les connaître, car leur traite ainsi que l’argent qui en découle sont illicites. C’est à ce propos que le verset suivant a été révélé « Et, parmi les hommes, il est (quelqu’un) qui, dénué de science, achète de plaisants discours pour égarer hors du chemin d’ Allah et pour le prendre en raillerie. Ceux-là subiront un châtiment avilissan » (31.6).
______________________________________________

Le messager d’Allah a dit: il y aura parmi ma communauté des gens qui considéreront comme licites la soie, l’alcool et les instruments de musique. Rapporté par Boukhari, hadith authentifié aussi par Ibn Qayyim.
______________________________________________

Abou Youssouf a dit: si vous êtes en face d’une maison où l’on entend de la musique, entrez-y, sans permission [dans le but de la faire cesser] car interdire le mal et ordonner le bien est une obligation qui incombe à tout musulman. Et ne pas le faire équivaut à la violation d’une obligation.
______________________________________________

Ibn Qayyim a dit : concernant la position de l’Imam Ahmad, son fils Abd Allah a dit : j’avais posé à mon père une question sur la chanson et il avait répondu : la chanson engendre l’hypocrisie, elle ne m’intéresse pas, avant de citer les propos de Malick : seuls les pervertis parmi nous s’y adonnent.
______________________________________________

Ibn Qudama a dit: il existe trois catégories d’instruments de musiques, une catégorie illicite constituée d’instruments à cordes, de toutes les sortes de flûtes, de luth, d’instruments à six cordes, de piano, de rebecs et autres. Quiconque les écoute à plein temps est considéré comme un apostat.
______________________________________________

Ibn Taymiya a dit: la fabrication d’instruments de musique est interdite.
Il a dit aussi: les instruments de musique tels que les instruments à six cordes doivent être détruits selon la majorité des docteurs en droit Islamique.
______________________________________________

Ibn Taymiya a dit : Ibn al-Moundhir a fait part de l’unanimité des savants sur l’interdiction de louer les services d’un chanteur ou d’une pleureuse en disant: tous les savants que nous connaissons sont unanimes sur la nécessité de faire échec à la pleureuse et à la chanteuse. Aussi bien Ash-Shaabi, An-Nakhi que Malick l’ont abhorré, tandis que Abou Thawr, Nouman –Abou Hanifa , Yaaqoub et Muhammad, disciple de Abu Hanifa ont dit qu’il est interdit de faire appel aux services d’un chanteur ou d’une pleureuse. C’est également notre opinion.
______________________________________________

Nafia, l’esclave affranchi d’Ibn Omar, rapporta:
J’étais en compagnie d’Ibn Omar, quand il passa par un berger qui jouait avec une flûte, il mit ses doigts dans ses oreilles et s’éloigna. Il me dit :
– Ô Nâfia ! Entends-tu quelque chose ?
Je répondis :
– Non.
Il enleva ses doigts de ses oreilles et dit:
– J’étais une fois avec le Prophète (qu’Allah le bénisse et le salue) et fis de même quand il entendit ce son.
______________________________________________

Abou Daoud rapporte: L’exégète Al-Quourtoubi dit à propos de ce récit d’Ibn Omar: Tel est le comportement de nos oulémas quand ils entendirent de tels sons afin de ne pas sortir de la modération, mais que dirons-nous du chant et de la musique des gens de notre époque?
______________________________________________

Muslim a rapporté: Les anges ne tiennent jamais compagnie de ceux qui ont une cloche ou un chien avec eux.

Muslim a rapporté: La fornication est écrite dans le destin de l’homme, et chacun en aura sa part sans doute. La fornication des yeux est le regard, la fornication des oreilles est l’écoute.
______________________________________________

Ibn Abbâs dit : Le tambourin est interdit, les instruments musicaux sont interdits, le chant de la chanteuse est interdit et la flûte est interdite .
______________________________________________

L’islam est bon est généreux. La preuve:

Le prophète a autorisé le recours aux chanteuses les jours de fête, pour que, comme il le dit dans un hadith, « les polythéistes sachent que notre religion est pleine de divertissements ».
______________________________________________

Pour conclure cette litanie de bons conseils, le grand, l’immense Tabari.

Tabari a rapporté: les ulémas des différentes villes sont unanimes à abhorrer et à interdire la musique. Seuls Ibrahîm ibn Saad et Oubayd Allah Al-Anbarî s’étaient distingués du groupe. Pourtant, le Prophète a dit : suivez la majorité. Mais également: quiconque se distingue de la majorité mourra de la même manière qu’un païen.

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Un membre de l’Union of Muslim Scholars sur les juifs: « Si seulement Hitler les avait exterminé ! »

Un membre de l’Union of Muslim Scholars sur les juifs: « Si seulement Hitler les avait exterminé ! »

http://themuslimissue.wordpress.com/2013/05/09/video-int-union-of-muslim-scholars-member-tareq-hawwas-on-jews-if-only-hitler-had-finished-them-off/

Nota: International Union of Muslim Scholars est un « syndicat » dont l’adhésion est ouverte à tous les diplômés des « universités » islamiques.

Vidéo | Publié le par | Laisser un commentaire

Trop de musulmans soutiennent la violence.

En 2007, l’institut de sondages canadien Environics a mené une enquête sur l’attitude des musulmans canadiens.

Cette enquête a montré que 12 % des personnes interrogées ont dit que si les hommes du prétendu complot terroriste « Toronto 18 » avaient réussi leurs attaques contre le Canada, elles auraient été « au moins quelque peu justifié. »

La plupart des experts ont simplement haussé les épaules devant ce fait choquant.

Maintenant, six ans plus tard, nous avons une enquête mondiale sur les musulmans, conduite par la prestigieuse PEW Foundation. Les résultats confirment la crainte de beaucoup que la doctrine radicale du djihad et l’islamisme gagnent du terrain.

Le plus parlant de cette statistique est le fait que 90 % de Musulmans (incluant des femmes) en Irak, Maroc, Tunisie, Indonésie, Afghanistan et Malaisie ont exprimé l’idée que « la femme est toujours obligée d’obéir à son mari ».

Cependant, la découverte la plus inquiétante qui apparaît dans cette enquête portant sur plus de 38.000 musulmans est que dans le monde entier, le désir presque universel de la plupart des musulmans d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient, de voir que la charia devienne « loi officielle de la Terre ». (99 % en Afghanistan, 84 % au Pakistan, 83 % au Maroc).

Une autre statistique qui ressort de l’enquête portant sur les partisans de la charia.

De ces Musulmans qui soutiennent la charia, 85 % en Égypte, 75 % au Pakistan et 65 % dans les Territoires palestiniens, pensent que le musulman qui s’éloigne de l’Islam doit être exécuté. Même en Turquie laïque, en Bosnie et en Russie, 15 % de Musulmans soutenant la charia sont pour la décapitation de ceux qui s’éloignent de l’Islam.

Tandis que l’administration américaine actuelle juge les Frères Musulmans et sa ramification de l’Asie du Sud, la Jamaat-e-Islami, comme « modérés » et même « laïcs », les islamistes sont dans une période faste.

Sur le terrain, ils respectent la résistance très faible d’une opposition musulmane libérale souvent marginalisée. Internationalement, ils peuvent compter sur une fosse sans fond de pétrodollars provenant des états arabes du Golfe et l’assistance logistique d’éléments comme l’ISI, les services secrets du Pakistan.

Sur l’attaque suicide à la bombe, ou d’autres violences faites au nom de l’Islam, même aux États-Unis, 8% des Musulmans croient que l’utilisation de violence est « souvent » ou « parfois » justifiée pour défendre l’Islam.
Cela signifie que près de 500.000 Américains musulmans croient qu’il est parfois justifiable d’utiliser la violence contre l’état.

En Occident, au lieu de combattre l’ascension de l’islam politique radical, beaucoup de leaders musulmans continuent à jouer la carte de victime tout en soutenant la charia et en refusant de renoncer au djihad armé.

Ainsi, 8% de la communauté musulmane des États-Unis défendent l’utilisation de la violence utilisée par les plastiqueurs de Boston, et des leaders communautaires continuent à hausser les épaules au lieu de les dénoncer.

Ceci est un exemple classique d’abdication devant les responsabilités, qui consistent aussi à dénoncer la doctrine du djihad armé.

Le temps vient à manquer pour les musulmans adeptes de liberté, tout comme pour les minorités dans les nations démocratiques comme les États-Unis, le Canada, l’Inde et une grande partie d’Europe.

S’ils ne prennent pas une position hardie (osée) envers cette doctrine et ne soutiennent vigoureusement la séparation de l’État et de la religion, il y aura une répercussion collective contre les musulmans à travers le monde. Et cela, malheureusement, ne sera pas beau à voire.

http://themuslimissue.wordpress.com/2013/05/08/too-many-muslims-support-violence/ 

Lire également: http://fr.novopress.info/137226/dapres-une-etude-au-niveau-international-les-musulmans-souhaitent-tres-majoritairement-lapplication-de-la-charia/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+novopressfrance+%28%3A%3A+Novopress.info+%7C+Agence+de+presse+ind%C3%A9pendante%29

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La tradition se confond avec la religion, les deux ne font QU’UN

La tradition se confond avec la religion, les deux ne font QU’UN !

« Le paradis se trouve sous les pieds des mères ».
C’est en effet un hommage rendu aux mères, comme le verset 46.15 ( «Et Nous avons enjoint à l’homme de la bonté envers ses père et mère […]» ) est un hommages aux deux parents.

Mais en y regardant d’un peu plus près, on remarque surtout que c’est une belle hypocrisie musulmane, une de plus.
Cette formule doit en effet être remise dans son contexte coranique. Avec les dizaines de
versets où la femme est traitée comme du bétail. Les femmes sont inférieures aux hommes,
elles ont une intelligence limitée, elles peuvent être battues et confinées dans leur chambre, elles sont un champ de labour pour les hommes, l’homme peut les répudier juste par l’invocation de la formule du TALAQ, le témoignage d’une femme vaut la moitié de celui d’un homme, une femme hérite de la moitié de ce qu’un homme hérite, etc: c’est INSCRIT NOIR SUR BLANC DANS LE CORAN.

Et pour les hadiths, c’est encore pire, je ne vous cite que celui-là: «J’ai vu l’Enfer, il est majoritairement peuplé de femmes» (Mahomet).

En témoignent toutes ces filles, mariées de force à 16 ans ou moins, et qui sont autant
d’illustrations de la considération qu’a le coran envers les femmes. Un hadith sahih (« sain ») rapporte que Mahomet aurait donné cette réponse à propos du consentement de la femme: «Si elle ne dit rien, son silence vaut consentement».

En témoignent aussi ces innombrables femmes et adolescentes à peine pubères, devenues butins de guerre et esclaves sexuelles des musulmans à la suite des razzias ordonnées par le pédophile Mahomet. Ce même pédophile qui avait eu à son services des dizaines de ces esclaves, pour la plupart revendu «APRÈS USAGE» au marché aux esclaves, comme de vulgaires marchandises sans importance. L’esclavage sexuel existe encore de nos jours dans certains pays musulmans.

En témoignent encore ces jeunes femmes victimes de «CRIMES d’HONNEUR» d’une pseudo-religion QUI N’A JUSTEMENT PAS D’HONNEUR et dont le livre de chevet, unique bouquin qui vaut d’être lu selon les musulmans, ne comporte pas une seule fois ce mot HONNEUR. Vous pouvez le cherchez tant que vous voulez, vous ne trouverez pas ce mot ! Pas une seule fois.

En témoignent également ces gamines de 4 ou 5 ans, excisées dans des conditions pas simplement inhumaines, des conditions que ne renierait pas le pire des tortionnaires dégénérés. Que ce soit en Indonésie, champion du monde de cette pratique ignoble, ou ailleurs en terre musulmane, Égypte, Palestine ou Afrique Noire. L’excision n’a qu’un unique but: empêcher le désir féminin, donc préserver la chasteté de la femme, « réduire ses pulsions sexuelles, de façon à assurer sa virginité au moment de son mariage et sa fidélité et soumission envers son mari par la suite ». Car il faut protéger les « femelles » de musulmans de toute tentation et toute déviance sexuelle, surtout hors mariage. Encore et toujours cette obsession de « pureté », à laquelle la femme doit se soumettre. La jalousie maladive du prophète des musulmans se perpétue ainsi depuis presque 15 siècles, on en a fait une tradition et un signe d’honorabilité.

Quant à ce paradis conditionné par la bonté envers sa mère, cette mère doit savoir qu’elle n’y a pas sa place. Ou plutôt, le sujet est soigneusement occulté par coran, qui se contente de 2 versets qui donnent un ton général, comparé aux dizaines de versets décrivant dans les moindres détails le paradis-bordel réservé aux hommes, avec ses houries toujours vierges, ses jeunes et beaux éphèbes comme des perles (sic) et ses prostituées qui font le tapin sur le bord d’un des 4 fleuves du paradis d’ALLAH.

Le pire dans tous ces drames vécus par les femmes depuis presque 15 siècles? C’est qu’elles sont les garantes et les continuatrices de cet esclavage qu’elles subissent. La « tradition », qu’elles se transmettent de mère en fille, de génération en génération. Pour toutes sortes de raisons et en premier parce que les musulmans vivent non pas pour eux mais en fonction des autres. En fonction de ce que va penser le voisin. Il ne faut pas rompre les habitudes …

La tradition se confond avec la religion, les deux ne font QU’UN !

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Démolissons le Mythe de l’Islam modéré, par Ali Sina

Un texte de Ali Sina qui date du 14/03/2010 et que j’approuve entièrement. Le voici: 

 

J’ai toujours soutenu que «musulman modéré» est un « oxymore ». Il y a deux types de
musulmans : les musulmans terroristes et les musulmans ignorants. Les premiers sont ceux
qui connaissent bien l’Islam et appliquent ses dictats. Les seconds connaissent très mal leur religion et se font de l’Islam une image idéalisée qui n’a pas de fondement.

L’éditorial de M. Tarek Fatah, publié dans le National Post du 12 mars 2010, confirme mon
point de vue. M. Fatah a assisté à un débat entre le Dr. Wafa Sultan, la courageuse ex
musulmane qui a secoué le monde arabe au cours d’un débat télévisé sur Al Jazeera quand elle a pointé que le problème du monde musulman c’est l’ Islam, et le Dr. Daniel Pipes, spécialiste de l’histoire islamique et directeur du Middle East Forum.

Au cours du débat Pipes argua que l’Islam n’est pas une religion intolérante par nature et qu’il y a eu des périodes au cours desquelles des juifs persécutés dans les pays chrétiens trouvaient refuge dans les pays musulmans. Sultan n’était pas d’accord et a rappelé à son auditoire que Mahomet avait agressé plusieurs tribus juives qui vivaient en Arabie, en avait massacré les hommes désarmés et permis à sa bande de maraudeurs de violer les femmes en se réservant toujours les plus belles pour son usage personnel.

En entendant ce commentaire, Fatah a été “traumatisé”. “Même un musulman laïc endurci
comme moi a été profondément blessé par ce que j’ai entendu ce soir là,” écrit Fatah.

Tout en reconnaissant le bien-fondé de la critique que Sultan fait de l’Islam, Fatah se plaint que : “au lieu d’employer sa notoriété de fraîche date à défier les théocraties en place et les royaumes corrompus du Moyen Orient, Sultan a viré de bord et n’a pas pu résister à la tentation de devenir la figure de proue de ceux qui haïssent l’Islam, rejoignant leurs rangs avec la ferveur d’un converti.”

Pourquoi Sultan devrait-elle défier les théocraties en place et les royaumes corrompus
alors que ce sont les fruits pourris de l’arbre vénéneux de l’Islam ? En tant que docteur en médecine, elle a été formée à rechercher la cause de la maladie et non ses symptômes.

Fatah accuse Sultan de répandre la peur et de dire à un auditoire majoritairement juif que Mahomet était un tueur de Juifs. Il écrit : “Wafa Sultan a fait un récit stupéfiant de la façon dont le Prophète aurait massacré des Juifs et ensuite violé les femmes de la tribu juive vaincue.”

Un récit stupéfiant ? Ce sont les premiers historiens musulmans qui ont rapporté ces récits. Si Fatah est stupéfait c’est parce que, comme la plupart des musulmans, il n’a pas lu l’histoire de l’Islam. Peu de musulmans se donnent la peine d’examiner leur religion. On peut aussi trouver les références aux razzias, viols et pillages de Mahomet dans le Coran. Les musulmans récitent le Coran pour la thawab (récompense), mais ils ne l’étudient pas et souvent ils ne comprennent pas ce qu’ils récitent.

La haine des juifs est dans le Coran. La première sourate de ce livre est une prière par laquelle les musulmans supplient Allah de « nous guider dans le droit chemin. Le chemin de
ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés. »

Les Musulmans considèrent que « ceux qu’Allah a comblés de faveurs, » sont les musulmans,
« ceux qui ont encouru la colère d’Allah, » et « ceux qui se sont égarés » étant respectivement les Juifs et les Chrétiens.

Dans tous les pays musulmans les juifs sont stéréotypés comme avides. C’est dû à un
verset coranique qui dit que les Juifs sont “plus attachés à la vie [d’ici-bas] que les associateurs. … chacun d’entre eux aimerait vivre mille ans,” mais qu’ils brûleront en enfer. (2:96)

De nombreux versets du Coran dépeignent les Juifs comme des malfaisants, des méchants, des transgresseurs, des tueurs de prophètes méprisés par Dieu. A cause de la haine que Mahomet vouait aux Juifs, les Musulmans haïront toujours les Juifs. Cette haine est inséparable de l’Islam.

Fatah poursuit : “J’ai quitté la synagogue profondément perturbé. Dans le combat contre
l’islamofascisme, la haine de l’Islam de Wafa Sultan favorise les forces qu’elle prétend
dénoncer. Quand un intervenant lui a demandé : ‘Quelle est la solution ?’ Elle a juste
haussé les épaules. La réponse qu’elle avait en tête était peut-être trop choquante même
selon ses propres critères : Forcer les musulmans à choisir entre la conversion ou la
mort.”

Sultan a toutes les raisons de haïr l’Islam. Les ex musulmans haïssent l’Islam parce que nous haïssons la discrimination envers les femmes, la violence envers les non musulmans,
la dictature et la foi imposée qui caractérisent le vrai Islam, et parce que nous connaissons les dommages que ce culte hypertrophié à fait à nos peuples, nos cultures et nos pays. Nous ne haussons pas les épaules quand on nous demande quelle est la solution.
De toute évidence ce “musulman laïc endurci” était tellement traumatisé qu’il n’était
plus en état d’écouter ce que Wafa Sultan disait.

Pour les ex musulmans, c’est dire la vérité qui est la solution. Nous pensons que la vérité peut nous libérer. Nous, ex musulmans, nous ne prêchons pas la haine et la violence contre nos propres peuples, frères, sœurs, parents et aimés. Nous luttons pour leur liberté et leur droit de connaître la vérité. Nous nous opposons à la censure et au politiquement correct qui ont asservi la vérité. La vérité peut blesser nos sentiments mais le mensonge nous tuera.

Je ne conteste pas au Dr. Pipes le fait historique que, parfois, les Juifs qui étaient persécutés par les chrétiens ont cherché refuge auprès des musulmans. Cependant, je suis respectueusement en désaccord avec lui quand il présente cela comme une preuve de la tolérance de l’Islam.

L’Islam n’est pas tolérant parce que Mahomet n’était pas tolérant. Il y a eu de nombreux dirigeants islamiques qui furent tolérants, mais ils allaient contre les canons de l’Islam, comme beaucoup le font aussi de nos jours. C’est pour cela que les djihadistes qui suivent le vrai Islam s’en prennent à ces dirigeants musulmans. Contrairement aux croisés qui voulaient convertir tout le monde au Christianisme, les jihadistes ne veulent convertir personne à l’Islam. Ils veulent établir le califat et dominer le monde. Dans un état islamique régi par la charia, les non-musulmans, les gens du Livre en particulier (Juifs et Chrétiens), sont protégé, aussi longtemps “ qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés ». (C: 9:29). Ce n’est pas différent du Nazisme. Hitler ne voulait pas convertir tout le monde en Aryen, ni exterminer toute l’humanité. Il voulait dominer le monde.

En établissant une distinction entre les terroristes islamiques et les musulmans « modérés », le Dr. Pipes s’engage dans une voie périlleuse. Soit on est musulman, et en conséquence on imite Mahomet et on est un terroriste, soit on n’est pas musulman. «Musulman modéré» n’a pas plus de sens que nazi modéré. Un musulman qui ne pratique pas l’Islam ou croit qu’Islam signifie paix n’est pas un musulman modéré mais un musulman à la carte ou un musulman ignorant.

Le mensonge revient toujours nous hanter. C’est ce mythe qui permet à Glenn Beck de
diaboliser Geert Wilders et de le traiter de “fasciste,” ou à Jacqui Smith et à d’autres
officiels britanniques de lui interdire l’entrée en Grande-Bretagne. Il y a d’innombrables hommes de bonne volonté qui sont harcelés, persécutés et traités de racistes à cause de ce mythe.

J’invite respectueusement M. Pipes de cesser de promouvoir le mythe de l’islam modéré. Je
l’invite également cordialement à un débat écrit sur ce sujet. Aller au fond de cette question va au-delà intérêt académique. Ce mythe met en danger la vie des critiques de l’islam et viole leur droit à la liberté d’expression. Des gens biens sont traités
d’islamophobes, de bigots, de racistes et de fascistes parce que le monde préfère les contre-vérités politiquement correctes à la vérité qui dérange. C’est grâce à ce mythe que dire la vérité est devenu « tenir un discours de haine ».

Mr. Tarek Fatah confirme mon point de vue que le concept de musulman modéré n’existe pas.
Il se qualifie de laïc endurci, mais il est brisé quand il entend une vérité historique au sujet de son prophète. Tu parles d’un endurci ! Quand il dit : “la haine de l’Islam de Wafa Sultan favorise les forces qu’elle prétend dénoncer,” il parle de lui-même. Beaucoup de musulmans honnêtes préfèrent eux ne pas se cacher la tête dans le sable et faire face
à la vérité rationnellement.

Je tiens à rappeler aux lecteurs que pratiquement tous les terroristes musulmans sont issus d’un milieu laïque. A un moment de leur vie, ils étaient tout aussi «libéraux», que M. Fatah l’est aujourd’hui jusqu’à ce qu’il se passe quelque chose dans leur vie et qu’ils se tournent vers leur foi.

Tout musulman «modéré» est un terroriste potentiel. La foi en l’islam est comme un bidon
d’essence. Il semble inoffensif, jusqu’à ce qu’il rencontre une étincelle. Pour qu’un musulman «modéré» devienne un djihadiste meurtrier, il suffit d’une étincelle de foi..

Il est temps de mettre un terme à la mascarade de «l’islam modéré.» Il n’existe pas de musulman modéré. Les Musulmans sont soit des djihadistes, soit des djihadistes dormants mais ils ne sont pas modérés.

 

http://faithfreedom.org/islam/exposing- … rate-islam

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Vous serez tous des musulmans (French title version)

Si vous n’êtes pas musulman, vous êtes d’office un coupable – et vous n’êtes pas humain – le musulman peut donc vous saigner comme on saigne le mouton de l’Aïd.

Si vous êtes musulman, vous avez non seulement le DROIT, mais aussi le DEVOIR, de haïr les non-musulmans (mais par contre, en tant que non-musulman, vous n’avez pas le droit de haïr le musulman, sinon les bien-pensants vous traitent de … raciste!).

Cette logique amène le musulman à être solidaire du musulman, quel qu’il soit, oppresseur ou opprimé, et à être l’ennemi du non-musulman quel qu’il soit, oppresseur ou opprimé.

Vidéo | Publié le par | Laisser un commentaire

ABROGEANT / ABROGÉ, une des clés indispensables pour comprendre l’islam.

Anne-Marie Delcambre nous le rappelle: «dans le cas de deux versets qui se contredisent, pour les spécialistes, le verset révélé en dernier abroge le verset révélé en premier». Il faut donc une première approche essentielle, celle de la lecture chronologique du coran. Plusieurs islamologues ont établi un coran chronologique, différent du coran traditionnel dans lequel les sourates sont classées de la plus longue sourate à la plus courte, mis à part la première, la Fatiha. Pour ma part, je recommande l’édition française de la traduction de Sami Aldeeb, excellent islamologue. Cette édition simplifie la lecture et la compréhension du coran car elle comporte des renvois aux abrogations.

On a ainsi un coran divisé en 2 sections: la première, qui concerne les «révélations» faites entre 610 et 622, dénommées pré-Hégire ou mecquoises, et la seconde, celle qui date de 622 à la mort de Mahomet, dénommées post-Hégire ou médinoises.

 

Cette lecture éclaire les contradictions relevées dans le coran et elle sont expliquées par la science islamique par le principe des versets abrogés (Mansukh) et des versets abrogeants (Nasikh) : les versets les plus récents concernant un sujet donné abrogent les versets plus anciens portant sur le même sujet.

N’en déplaise au Professeur Mohammed Talbi, qui nie l’existence du principe abrogeant/abrogé et qui affirme que le « verset du sabre » [abrogeant les verset antérieurs tolérants] est une invention de quelques exégètes afin de théoriser « l’abrogeant et l’abrogé » qui trouve son origine dans l’ijtihad (effort d’interprétation) de l’imam Al-Chafii (cf wikipédia: coran ), le principe verset abrogeant (nasikh) / verset abrogé (mansukh) est contenu dans le coran lui-même:

– 2.106: Si Nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblabke. Ne sait-tu pas qu’Allah est Omnipotent?

– 16.101: Quand Nous remplaçons un verset par un autre – et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre – ils disent : « Tu n’es qu’un menteur ». Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.

Rien du contenu du coran ne peut être contesté, sous peine d’hérésie. Donc, la preuve apportée par ces versets est amplement suffisante. Mais s’il le fallait, d’autres preuves viennent renforcer cette thèse d’abrogeant/abrogé, comme ce hadith de Bukhari (sahih 56/19):

Anas ibn Malik a dit: « L’envoyé d’Allah prononça pendant trente matins des malédictions contre les meurtriers des gens du puits de Mawna, contre Ril, Dhakwan, Usayya, qui s’étaient montrés rebelles à Allah et à son envoyé » . Anas ajoute: « un morceau du Coran fut révélé relativement aux gens du puits de Mawna ; nous le récitâmes puis il fut abrogé » . C’était: « Apprenez aux nôtres que nous avons rencontré notre seigneur ; il a été content de nous et nous a rendus content de lui ».

 

Wikipédia, qui par ailleurs cite le coran chronologique du Professeur Sami Aldeeb, dit à ce propos que «selon l’islamologue français Jacques Berque sur les 114 sourates du Coran, 71 sont plus ou moins concernées par l’abrogation». Ce qui représente 62 % du contenu du coran.

 Outre que le principe apporte la preuve que le coran n’est pas la parole de dieu, car dieu est par définition omnipotent et omniscient et ne peut en aucun cas se tromper, surtout au point d’abroger sa propre parole, ce principe n’est donc pas reconnu par tous les musulmans. Mais alors, comment expliquent-ils les versets tolérants de la première période (à l‘exemple du verset 109.6 qui s‘adresse aux kafirunes (les mécréants, infidèles, impies): «à vous votre religion, à moi ma religion», comparés à ceux belliqueux, haineux, incitant au crime et au génocide, etc, de l’autre période? Les ouloumates qui réfutent le principe mansukh/nasikh ont beau utiliser la parabole du médecin qui fait évoluer son traitement en fonction de l’état du malade, en prétextant que la révélation ne peut être donnée d’un coup, ils sont loin d’être convaincants.

 

La meilleure explication, qui a aussi le mérite d’être claire, est dans les versets concernant le vin. Pour bien comprendre l’évolution de la position de Mahomet sur ce sujet, il suffit de replacer les versets dans l’ordre chronologique:

16.67: Des fruits des palmiers et des vignes, vous retirez une boisson enivrante et un aliment excellent. Il y a vraiment là un signe pour des gens qui raisonnent.

– 2.219: Ils t’interrogent sur le vin et les jeux de hasard. Dis : « Dans les deux il y a un grand péché et quelques avantages pour les gens; mais dans les deux, le péché est plus grand que l’utilité ». Et ils t’interrogent : « Que doit-on dépenser (en charité)?  » Dis :  » L’excédent de vos bien. » Ainsi, Allah vous explique Ses versets afin que vous méditez.

-4.43: Ô les croyants! N’approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu’à ce que vous compreniez ce que vous dites, et aussi quand vous êtes en état d’impureté [pollués] – à moins que vous ne soyez en voyage – jusqu’à ce que vous ayez pris un bain rituel. Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Allah, en vérité est Indulgent et Pardonneur.

– 5.90: Ô les croyants! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu’une abomination, oeuvre du Diable. Écartez-vous en, afin que vous réussissiez.

 

On passe d’un «aliment excellent» qui est de plus un signe de dieu, dont la consommation est donc encouragée, par des étapes intermédiaires (un grand péché … mais quelques avantages, l’interdiction de prier quand on est ivre) et on finit par l‘interdiction la plus formelle. Si les versets ne s’abrogent pas l’un l’autre, comment expliquer cette pirouette, ce revirement total?

À moins d’admettre que dieu et son prophète son faillibles, ou que Mahomet est un âne qui ne comprend pas le message de son dieu, ou que ce dieu n’est pas un dieu, ou enfin, que Mahomet, dans ses transes de «révélation», n’est qu’atteint d’une maladie dont ont ne connait pas la cause.

En consultant le précieux coran de Sami Aldeeb, on s’aperçoit que la sourate 16 est mecquoise et les 3 autres médinoises, «révélées» dans l’ordre suivant: la sourate 2 est 87ème, la 4 est 92ème et enfin, la 5 est 112ème sur 114.

Qu’en pensent les ulémas «négateurs»? Quels sont les arguments de ceux qui nient le principe mansukh/nasikh? Très superficiels, pour ne pas dire inexistants. Jugez-en plutôt, par la réponse de Mohammed al-Ghazali. Ce savant de l’islam est un auteur prolixe et un théologien réputé, de la fameuse Université al-Azhar. Il est reconnu comme l’un des artisans du renouveau de la foi islamique en Égypte. Ses arguments: «Ceux qui disent aussi que 120 versets sur la bonne prédication aurait été abrogés par un seul (le verset de l’épée) sont d’une stupidité incompréhensible, que nous ne pouvons expliquer que par le degré de régression qui a abruti nos raisons durant les siècles de déclin et de stagnation […] La prédication serait annulée, pour que l’épée prenne place ? Voila une aberration qu’aucun esprit raisonnable ne peut accepter!» (Mohamed al-Ghazali, «Comprendre le Coran aujourd’hui»).

Selon lui, tout verset est là pour agir sur la société à un moment donné, il suffit de savoir quand l’actionner . Sic ! C’est tout, c‘est plus que léger et ça n‘apporte aucune preuve, bien au contraire. Ce qui laisse penser que ces grands savants ne cherchent qu’à nous tromper en essayant de faire passer le coran pour ce qu‘il n‘est pas. D’autant qu’ils ont pour habitude d’invoquer les versets mecquois pour nous faire croire que leur dogme est tolérant, pacifique et cultive l’amour du prochain.

 

Un des versets les plus souvent cités par les musulmans est le 2.256 «nulle contrainte en religion» Dans le but de faire croire que l‘islam tolère les non-musulmans chez lui, dans le Dar al Islam. Or ce verset est abrogé par le verset dit de la «dhimmitude»:

– 9.29: Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humilies.    

 

CONCLUSION:

Voici, copiée sur le site «mejliss.com», la traduction du tafsir (exégèse) d’Ibn Kathir du verset 5 de la sourate 9 (appelé verset de l’épée):

Ceci est le verset de l’épée. Mujahid, `Amr bin Shu`ayb, Muhammad bin Ishaq, Qatadah, As-Suddi et `Abdur-Rahman bin Zayd bin Aslam ont dit que les quatre mois mentionnés dans ce verset sont les quatre mois de grâce mentionnés dans le verset : (Voyagez librement pendant quatre mois à travers la terre.)Allah a ensuite dit : (Et quand les mois sacrés seront passés…), ce qui signifie « Après la fin des quatre mois durant lesquels Nous vous avons interdit d’attaquer les associateurs, qui est la période de grâce que Nous leur avons accordée, combattez et tuez les associateurs où que vous les trouviez » La phrase suivante d’Allah :(Alors combattez les associateurs où que vous les trouviez) signifie sur la terre en général, à l’exception de la Mosquée Sacrée, car Allah a dit : (Ne les combattez pas près de la Mosquée Sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc.) Allah a dit ensuite : (et capturez-les), exécutez certains et gardez les autres comme prisonniers, (assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade), n’attendez pas de tomber sur eux. Cherchez-les plutôt, et assaillez-les sur leurs terres et dans leurs forts, rassemblez-vous intelligemment sur les routes et les chemins pour que ce qui est large leur paraisse petit. De cette façon, ils n’auront d’autre choix que mourir ou embrasser l’Islam, (Si ensuite ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.) Abu Bakr As-Siddiq a utilisé cet honorable verset comme preuve pour combattre ceux qui avaient refusé de payer la zakat. Ce verset a autorisé de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils embrassent l’Islam et appliquent ses règles et obligations. Allah mentionne ici les plus importants aspects de l’Islam, ainsi que ce qui est moins important. Les plus importants éléments de l’Islam après les deux attestations de foi, sont certainement la prière, qui est le droit d’Allah, l’Exalté et le Plus Haut, et ensuite la zakat, qui profite aux pauvres et aux nécessiteux. Ce sont les plus honorables actes que la créature puisse accomplir, et c’est pourquoi Allah mentionne souvent la prière et la zakat ensemble. Dans les deux sahihs, il est mentionné que Ibn `Umar a dit que le Messager d’Allah a dit : (On m’a ordonné de combattre ces gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a pas d’autre divinité qu’Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah. On m’a ordonné aussi d’établir la prière et de faire payer la zakat.) Ce verset honorable (9:5) a été appelé le Verset de l’Epée, et à propos de celui-ci Ad-Dahhak bin Muzahim a dit : « Il a abrogé tous les accords de paix entre le Prophète et les associateurs, tout traité, et tout pacte. » Al-`Awfi a dit que Ibn `Abbas a commenté : « Aucun associateur n’avait eu autant de traités ou promesses de paix depuis que la sourate Bara’ah avait été révélée. Les quatre mois, en plus de tous les traités de paix établis avant que Bara’ah soit révélée et annoncée s’étaient terminés le 10ème jour du mois de Rabi` Al-Akhir ».

 

On ne peut ÊTRE PLUS CLAIR: le verset de l’épée est une «prescription divine» qui demande aux musulmans de tuer les non-musulmans, et il abroge les versets précédents de tolérance.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire